Logo Institut für Angewandte Pflanzenbiologie Institutsname

  [DEUTSCH]   [ENGLISH]

spacer vertikal

spacer vertikal L’institut de
biologie végétale appliquée

Sandgrubenstrasse 25/27
CH-4124 Schönenbuch

+41 (0)61 485 50 70
contact[at]iap.ch

Croissance des pousses

La croissance des pousses des arbres est sensible aux influences environnementales. Nous mesurons rétroactivement la croissance des pousses récoltées tous les quatre ans à des fins d’analyse des éléments nutritifs.

Gipfeltriebernte Gipfeltriebernte
   Récolte des pousses à l’hélicoptère.

Nous remarquons chez le hêtre, l’épicéa et les chênes une relation entre la croissance des pousses et des facteurs environnementaux tels que l’acidité des sols, les dépôts d’azote atmosphérique, la sécheresse et les charges en ozone. La réaction à la sécheresse affiche une forte réduction d’accroissement des pousses, chez le hêtre cependant une année après la période sèche. Après les étés très secs de 2003 et 2011, nous avons observé chez le hêtre, en 2004 et 2012, une croissance des pousses distinctement réduite, alors que les épicéas montraient déjà pendant l’année sèche une croissance réduite.

Triebwachstum Buchen und Fichten    Triebwachstum Eichen
  Accroissement des pousses chez le hêtre et l’épicéa (à gauche) et chez le chêne séparé par espèce (à droite).

spacer vertikal

Fructification

La fructification a fortement augmenté chez le hêtre les 30 dernières années, aussi bien dans la fréquence des années à graines que dans la quantité de fruits. 2011 fut une année record absolue, deux ans seulement après une fructification complète, et 2014 à nouveau. La fructification du hêtre est en rapport avec les conditions météorologiques pendant les deux années précédentes. Un début de l’été chaud (mi-juin à mi-juillet) conduit à une formation nettement plus élevée des bourgeons floraux dans l’année suivante.

Fruchtbehang
  Développement de la fructification chez le hêtre

spacer vertikal

Accroissement du fût

L‘accroissement du fût est une grandeur forestière importante et aussi une mesure des influences de l’environnement sur la forêt. Nous mesurons tous les quatre ans les diamètres des fûts avec un compas forestier, à hauteur clairement marquée. La différence de mesure nous donne l’accroissement du diamètre de l’arbre. Nous prélevons de plus, lors d’éclaircies menées de manière standardisée, des tranches de fût pour lesquelles nous comptons et analysons les cernes.

Zuwachsmessung mit der KluppeStammscheiben mit Jahrringen Stammscheiben Fichte
  A gauche : mesure de l’accroissement du fût avec un compas sur une surface d’observation permanente.
  Au centre : tranches de fûts pour les analyses de cernes.
  A droite : tranche de fût d'épicéa avec des cernes visibles.

L’accroissement du fût chez le hêtre affiche, pour la période observée, une nette diminution alors que pour l’épicéa, après une tendance à la baisse jusqu’en 2011, on assiste à une amélioration. Une évaluation épidémiologique des données nous permet de constater un rapport entre l’accroissement du fût et des facteurs environnementaux négatifs tels que: dépôts d’azote, acidification du sol, ozone ou déficit de matières nutritives. La baisse d’accroissement chez le hêtre est probablement en relation avec l’alimentation en phosphore qui elle aussi, pour la même période, affiche une baisse significative. L’apport d’azote atmosphérique favorise l’accroissement, mais seulement en faible quantité. La relation entre l’accroissement du hêtre et les dépôts d’azote montre clairement une évolution non linéaire dont le maximum d’apport se situe vers 25 kg N par hectare et par an.

Zuwachsmessung mit der Kluppe    Stammscheiben mit Jahrringen
  Evolution dans le temps de l’accroissement du fût pour le hêtre à gauche et pour l’épicéa à droite.

Zuwachsmessung mit der Kluppe
  L’accroissement du fût des hêtres et des epicéas évolue avec
  une augmentation de dépôts d’azote jusqu’à 24-27 kg N par
  hectare et par an et diminue ensuite nettement.